Nombre total de pages vues

jeudi 20 juillet 2017

MËMOIRE PERSONNEL DEUXIËME PARTIE relaté au (chapitre 3) - COMPLOT A L'EXTRADITION relaté au *(Chapitre 2)-PLAINTE de Maître Gilles BIVER relatée au (chapitre 1) - *Voir au chapitre 3 comment l'on pourrait éviter de passer à l'acte et aux famille d'exploser


(CHAPITRE 1)

TENTATIVE D'EXTORSION 
DE FOND ET COMPLOT AU VIOL


LES MÉDIAS LIBÉRATION ET LE 
POINT, AU SECOURS DE L'ËTAT
ONT MANIPULÉ L'OPINION 
PUBLIQUE, AVEC L'ASSENTIMENT
 DE MON EX-AVOCAT Régis BRIERE ET
DE LA S.C.P :
''*CAPORAL-*BRIERE-Cosmidis''


(Je viens d'apprendre le 15/05/2016 
par une importante personnalité, que le
 président de la Cour d'assise de l'Aude
 en présence des jurés a autorisé 2 témoins
 à charge, de témoigner dans dans la salle 
des délibérés),

(2 témoins à décharge ont été brutalisé
 à l'entrée du Palais de justice de Narbonne
 sans que le juge d'instruction ait cru devoir
 faire arrêter les auteurs faisant partie du 
clan de poseurs de plaintes, même aprés avoir
 été informé qu'ils ont incendié le Chateau de
 Truilhas, tel que relaté dans ce message)

******Si ce n'est pas exact que les autorités à Narbonne aient le culot de me poursuivre
pour diffamation**********************


Je n'ai jamais pu obtenir le procès verbal
de la déclaration de Me Thierry FROMENT
mon ex-avocat,l'escroc Régis BRIERE, SCP:
 ''*CAPORAL-*BRIERE-Cosmidis,
se refuse à nous remettre les dossiers, malgré la décision de son Bâtonnier d'avoir à s'exécuter





PLAINTE DE DE MAITRE Gilles BIVER














































       
L'on peut imaginer les idées noires que l'on
peut avoir lorsque vous apprenez dans votre cellule à Caravachel à Madrid, que l'un de 
vos proches tenu en laisse par la tache marseillaise Vincent INGARGIOLA à participé à piller en présence des gendarmes le domaine, et par la suite incendier son propre patrimoine: 
''le Château de Truilhas'' à Salleles d'Aude, les auteurs de l'incendie sont connus des autorités qu'ils servaient, ils n'ont jamais été inquiétés ainsi fonctionnent les dites
 démocraties. 

Les mobiles de l'attaque de l'ËTAT visaient de détruire un agent économique en plein essor; de l'empêcher d'exercer son commerce dans le cadre des lois et de détruire mon pouvoir d'achat bancaires de 2 millions de dollars par opération autorisé par un pool bancaire: le''Groupe des B.N.P. de Lyon; le Credit Lyonnais et C.C.F. de Chalon/Sur/Saône, ce qui m'aurait conduit à des moyens me permettant de représenter un contre pouvoir à l'Ordre despotique établi conçu par un clan celui représentant 0,5/100 du peuple que sont le partis politiques unifiés et corrompus au pouvoir de l'argent pour maintenir quelque soit le régime qui nous gouvernent UN TEL SYSTËME dont ceux qui sont aux commandes se sont placés au dessus des lois, auquel j'ai refusé de participer, j'ai conduit un combat de salut public contre le despotisme et l'*arme capitaliste qu'ils nomment *démocratie, qu'ils ont substitués à la précédente :la Religion lorsque les malins détenant le pouvoir de l'argent ont compris que la multitude ne croirait plus au père Noël.

Cette affaire montre l'interdiction de se développer à l'économie a tous ceux qui refusent de se corrompre aux monopoles privés, et la coalition de ceux qui gouvernent à des intérêts privés, interdisant aux hommes et femmes progressistes issus du prolétariat d'avoir droit au chapitre, excluant les énergies qui pourraient accéder au parlement et peser dans la norme capitaliste d'éviter les dérive d'un système malade ou comme l'analyse Claude PATRIAT: 
''Une France hémiplégique

Ceux qui gouvernent useront de tous les moyens les plus crapuleux pour éliminer les hommes et femmes épris de liberté en faveur du bien commun

 (99,5/100 sont évincés) ceux qui participent ne peuvent que se corrompre et être des pions dans l'échiquier.

L'anguille Vincent INGARGIOLA, marionnette 
des autorités couvert au plus haut niveau de l'état, commanditaire et incendiaire, ayant participé à moultes reprises sur ordres venus dans haut aux crimes relatés dans mes mémoires personnels première et deuxième partie:

  -Faux témoignages pour me faire 
accuser de l'homicide de Bernard FATIEN.

-Enlèvement et violences à l'encontre de ma fille Magali à Dijon, après avoir saccagé son studio.

 -Vols, menaces et violences au personnel du château et domaine de Truilhas.
  
-Violences à témoins à décharges à l'entrée
du Palais de Justice de Narbonne.

-La liste n'est pas exhaustive

-Je le laisserais crever dans son lit, la 
vengeance un moment d'actualité, j'en
 suis revenu, et j'avais tant d'ennemis, 
mais déterminé sauf cas de force majeure
ma violence ne sera pas leurs excuses et
restera du coté de nos gouvernants et de leurs vassales.

Il suffit de parcourir mes mémoires personnels
pour appréhender le RÔLE des grands médias, et particulièrement ceux de ''Libération et du Point; celui de la trompette des autorités Vincent INGARGIOLA compromis dans une tentative d'extorsion de fonds, et dans tous les mauvais coups, ainsi que ceux des autorités judiciaires et du RÔLE crapuleux et d'escroc de notre 
ex-avocat, *Régis BRIERE, de la SCP :
''CAPORAL-BRIERE-COSMIDIS''
 domicilié 7 rue François PONSARD PARIS XVI


        ----------------------------------------------------
             
                           (CHAPITRE 2)

               COMPLOT Ä L'EXTRADITION
            






L'ESPRIT FRANC

SUITE AU MANDAT D'ARRÊT A MON ENCONTRE ET DE
 LA DEMANDE D'EXTRADITION DE L'ÉTAT FRANÇAIS,

LE GOUVERNEMENT IBÉRIQUE REFUSÉ MON
 EXTRADITION POUR *VIOL ET M'A  LAISSÉ EN
 LIBERTÉ DANS LES CONDITION  RELATÉES DANS CE 
MÉMOIRE AU *CHAPITRE 3;

L'ESPRIT FRANC QUI NE RECULE DEVANT RIEN, AU 
MÉPRIS DES LOIS;DES HOMMES, ET LEURS FAMILLES ONT
 CONSTRUIT UN SCÉNARIO DONT LE RÔLE PRINCIPAL A ÉTÉ 
DONNÉ A  LEUR MARIONNETTE: Vincent INGARGIOLA

LES FAUSSAIRES DE L'ÉTAT M'ONT FAIT INCULPER D'HOMICIDE A 
L'ENCONTRE DE Me Bernard FATIEN , EN USANT DE Vincent INGARGIOLA
LUI DICTANT LES FAUX TÉMOIGNAGES A FAIRE, ET SACHANT QUE CE
 FUT UNE TENTATIVE D'ASSASSINAT A MON ENCONTRE ORDONNÉE 
PAR L'ÉLYSÉ SOUS François MITTERRAND, DANS LES CONDITIONS 
RELATÉES DANS MON :
MÉMOIRE PERSONNEL PREMIÈRE PARTIE AU CHAPITRE 3 

J'AI DONC ÉTÉ EXTRADÉ NON PAS POUR VIOL COMME L'ONT PUBLIÉ 
LES GRANDS MÉDIAS, MAIS POUR HOMICIDE;


UNE FOIS EXTRADÉ POUR HOMICIDE J'OBTENAIS UN NON LIEU DE 
CE CHEF, PUIS ENJÔLÉ A CARCASSONNE POUR VIOL , ET CONDAMNÉ 
A 18 ANS DE RÉCLUSION CRIMINEL PAR LA COUR D'ASSISE DE L'AUDE


--------------------------------------------------


(CHAPITRE 3)

Hallali:

MÉMOIRE PERSONNEL 
DEUXIÈME PARTIE

La mise en place par ceux qui gouvernent 
d'associations mandatées pour réaliser
 une séparation de corps, cela éviterait le
 passage à l'acte, et aux familles d'exploser.
(pages 17-18-19)

Page 1


Page 1(Bis)
Page 2
Page3
                                                                 Page 4
                                                                           Page 5
                                                                             Page 6
                                                                         Page 7
                                                                 Page 8
                                                                  Page 9
                                                                  Page 10
                                                                    Page 11
                                                                  Page 12
                                                                      Page 13
                                                                       Page 14
                                                                    Page 15
                                                                    Page 16
                                                                        Page 17
                                                                        Page 18
                                                                      Page 19

DESTIN

Seul mon décès sera pour moi la plus paisible des paix, et pourra me libérer 
d'avoir succombé à une relation incestueuse archi-consentie, il demeure que
 j'ai plombé notre famille pour ne pas avoir pu empêcher une telle relation 
et pour m'être ensuite déterminé à rompre avec Marguerite alors âgée de +
  de 27 ans, décidé à lui faire quitter le Château de Truilhas, en refusant de me 
 défendre devant le juge d'instruction et devant la  Cour d'assise, déterminé
 à payer ma dérive en  refusant les multiples conseils de ceux qui se reconnaîtront
(Famille-Avocats-Soutiens)
J'ignorais alors qu'elle fréquentait depuis + de 4 ans son futur mari 
Vincent ALFONSO,

 je l'apprendrais par ma fille MAGALI en septembre 1993, elle m'informait
 que Marguerite avait interdit durant ces années à tous les membres de la
 famille que je n'en sache rien.    

(Mes frères ont bien manoeuvrés)
mais la vérité finit toujours par triompher
 . 

                                          
Raymond Marti Darmon
Adresse de méssagerie:
(martidarmon.tchimo@hotmail.fr)

Enregistrer un commentaire